La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • Dante, La Divine Comédie
image d'illustration: nouveauté
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

Dante

La Divine Comédie

Trad. de l'italien par Jacqueline Risset. Édition publiée sous la direction de Carlo Ossola avec la collaboration de Jean-Pierre Ferrini, Luca Fiorentini, Ilaria Gallinaro et Pasquale Porro

Parution le 14 Octobre 2021
Bibliothèque de la Pléiade, n° 659
Achevé d'imprimer le 10 Septembre 2021
1488 pages, rel. Peau, 104 x 169 mm

Prix de lancement 62.00 € jusqu'au 31 03 2022 Acheter le livre

ISBN : 9782072888748
Code distributeur : G04078
GENCOD : 9782072888748

Ce volume contient

L'Enfer - Purgatoire - Paradis - Lectures de Dante au XXe siècle. Anthologie.

La lecture de La Divine Comédie est un voyage. Claudel le définit à merveille : « De celle qu’il aime, Dante n’a pas accepté d’être séparé, et son œuvre n’est qu’une espèce d’effort immense de l’intelligence et de l’imagination pour réunir ce monde de l’épreuve où il se traîne, ce monde des effets, qui, vu d’où nous sommes, semble le domaine du hasard ou d’une mécanique incompréhensible, au monde des causes et des fins. » Le lecteur n’est jamais seul au cours de son ascension. Si Dante a besoin de guides – Virgile, Béatrice, saint Bernard -, il est lui-même l’accompagnateur et le complice de qui le lit. Les expériences qu’il évoque, il considère qu'elles sont communes à tous. Il apprivoise l’imagination en l’entourant d’objets familiers. Une fois encordé au poète, et captif de sa voix, on ne peut demeurer en arrière. « On n’avait pas entendu cette voix depuis l’Antiquité latine », disait Saint-John Perse. Plus qu’un autre sans doute, le lecteur du XXIe siècle est sensible à la conscience artistique qui habite Dante, à la manière dont il invente et manie d’un même geste la langue dont il use – « un acte qui vaut pour tous les temps, celui par lequel la poésie accède à soi » (Yves Bonnefoy). Dans cette édition, publiée à l’occasion du 700e anniversaire de la mort du poète, la traduction de Jacqueline Risset, d’une limpidité sans égale, voisine avec le texte original et bénéficie d’un appareil critique nouveau qui prend appui sur sept siècles de lectures aussi bien que sur les recherches les plus récentes.